Sélectionner une page

Retranscription de l’épisode

 

Bonjour ! Je te souhaite la bienvenue dans Bien avec Soi, le podcast créé pour te permettre de passer d’une vie subie à une vie choisie, dans la pleine expression de ton potentiel et, surtout, en toute autonomie.

 Je suis Marie Peyron, coach Pnliste certifiée, et dans ce cinquième épisode, nous allons nous intéresser à l’un des grands axiomes de la communication qui énonce le fait que on ne peut pas ne pas communiquer.

 

Imagine cette scène : tu es assis dans le train et la personne à côté de toi est en train de lire. Tu essaies d’engager la conversation. Tu commences par lui dire « bonjour », mais elle ne te répond pas, elle ne te regarde pas, elle ne bouge pas et continue de lire. Tu continues en lui demandant ce qu’elle est en train de lire, ou en lui disant que tu connais le livre qu’elle lit et partages ce que tu en as pensé. Pas de réponse… Pour finir, tu lui demandes si tu la déranges. Toujours pas de réponse.

 

Tu renonces en gardant le silence selon plusieurs possibilités :

  • Tu te dis « bon, ben, elle ne veut pas parler… »
  • Ou bien « peut-être qu’elle est sourde !? »
  • Ou encore « quel rustre, elle pourrait au moins répondre ! »

 

La personne qui lit n’a rien dit et n’a, a priori, rien fait. Mais elle t’a transmis un message.

 

Donc, même lorsque personne ne dit rien, nous communiquons.

 

Tout est communication.

 

Même le refus de communication est une forme de communication.

 

Peut-être as-tu déjà entendu parler du fait que le contenu d’un échange est transmis par les mots à hauteur de seulement 7%. Le reste du message, lui, est divulgué à 93% par le para-verbal (tonalité, rythme, etc.) à hauteur de 38% et par le non-verbal, à hauteur de 55%.

 

La plus grosse partie de la communication se joue donc au niveau du non-verbal, soit de tout ce qu’on ne dit pas… mais qu’on pense si fort, que notre corps parle pour nous.

 

Et bien sûr, ces signaux sont captés par l’inconscient de notre interlocuteur qui va donc s’adapter à ce qu’il capte, etc.

Tout ce que l’on dit, ne dit pas, fait ou ne fait pas véhicule un message. Ceci signifie que l’on ne peut pas décider de communiquer ou de ne pas communiquer. La communication est verbale et non verbale, explicite et implicite.

Aucun message n’est sans effet, nous ne pouvons pas éviter que nos paroles ou les messages non verbaux que nous émettons aient une influence sur les autres.

En présence de l’autre même si nous n’avons pas une intention de communiquer, nous communiquons quand même.

Nous sommes donc sans arrêts ballotés au gré des influences que les autres ont sur nous et que nous avons sur les autres.

Pour que notre communication soit fluide, il est intéressant de progresser vers ce que l’on appelle la congruence, afin que ce que je dis et ce que je transmets soit en accord.

Car, tu l’auras compris, on ne peut rien cacher ! Si tu dis quelque chose, mais que tu en penses une autre, un élément dans ton attitude va trahir et dévoiler à la vue de tous cet écart entre ta tête et ton cœur, finalement.

En étant congruent.e, tu inspires confiance et attires à toi des personnes qui ont cette faculté aussi à être alignées et donc authentiques.

L’incongruence met en avant la différence qui s’établit entre ce que tes interlocuteurs entendent de toi et ce qu’ils perçoivent de toi, au travers de l’attitude que tu manifestes pendant l’échange.

Tu comprends donc que c’est inconfortable pour la personne qui reçoit deux messages contradictoires qui va donc se réfugier derrière la méfiance, voire même le rejet.

 

Comme les individus ne peuvent pas ne pas s’influencer l’un l’autre, une bonne question à se poser est : dans quelle mesure je contribue au maintien de cette situation ? Et/ou qu’est-ce que je peux modifier dans mon attitude pour changer la situation ?

Je t’invite à t’auto-observer, cette semaine, pour prendre conscience des messages peut-être contradictoires que tu diffuses, afin de te mettre d’accord sur celui qui est vraiment le tien et mettre en place les ajustements qui s’imposent pour que le message soit raccord entre ce que tu dis et ce que tu vis.

 

 

Et n’oublie pas que si ce podcast t’a plu, tu peux le partager à un proche qui peut en avoir besoin, tu peux également me noter avec 5 étoiles sur iTunes ou la plateforme de ton choix si cela t’a inspiré, et tu peux aussi me laisser un commentaire, je les lis tous et ça me fait toujours très plaisir. Pour plus d’inspiration, je t’invite à me rejoindre sur tous mes réseaux sociaux, comme Instagram, YouTube ou Facebook, sous le nom de Marie Peyron, et à partager tes publications avec l’hashtag #MPBienavecSoi.