Sélectionner une page

 Retranscription de l’épisode

Bonjour ! Je te souhaite la bienvenue dans Bien avec Soi, le podcast créé pour te permettre de passer d’une vie subie à une vie choisie, dans la pleine expression de ton potentiel et, surtout, en toute autonomie.

 

Je suis Marie Peyron, coach Pnliste certifiée, et dans ce vingt-et-unième épisode, nous allons parler mythologie, conflits intérieurs et développement personnel.

 

Dans cet épisode, tu vas découvrir les deux pulsions à travers lesquelles tout comportement humain est guidé.

 

Je vais te parler d’Eros et Thanatos, deux dieux issus de la mythologie grecque qui ont inspiré à Freud une théorie fascinante qui est celle des pulsions de vie et des pulsions de mort.

 

Je te rassure, je ne vais pas te faire l’exposé de cette théorie freudienne, mais cette notion qu’il évoque est super importante selon moi, puisqu’elle permet une vision plus claire de ce qui anime et alimente nos conflits internes et externes.

 

Ce que je te propose donc dans cet épisode, c’est de te présenter ma réflexion sur le sujet et t’inspirer à t’observer et te comprendre pour te soutenir et te nourrir d’une façon qui est juste et authentique pour toi.

 

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une pulsion ?

 

La pulsion, c’est une force inconsciente, entre le psychique et le somatique, qui oriente l’individu vers un certain objet pour lui donner de la satisfaction.

 

On peut donc la considérer comme une transition, une limite entre le psychique et le somatique, soit, plus vulgairement, entre le corps et l’esprit.

 

Pour que ce soit plus claire pour toi, tu peux l’imaginer comme un long fleuve pas tranquille qui prend sa source dans ton corps ou, plus précisément, dans les excitations de ton corps. Pour éviter que ces excitations ne fassent grossir ce fleuve au risque de vivre une inondation, la pulsion a une poussée qui lui donne l’énergie et la force nécessaires pour s’extraire de la source. Elle part à la recherche d’un sens, d’un but qui va lui permettre d’obtenir un maximum de plaisir, afin de réduire les tensions créées dans le corps par les excitations.

 

Pour simplifier au maximum la pensée freudienne sur le sujet, partons du principe que nous sommes mis en mouvement par deux formes principales de pulsions : les pulsions de vie et les pulsions de mort. Respectivement nommées Eros et destruction par Freud, puis enfin reprises sous la forme dont je t’ai parlée au début de cet épisode : Eros et Thanatos.

Eros, est le dieu de l’amour. Il est le fruit de l’union entre Aphrodite, déesse de l’amour et de la beauté, et Ares, dieu de la guerre, ce qui confère à Eros une puissance incommensurable en tant que Dieu de l’amour.

Il est décrit comme gentil, compatissant, aimant et plein de vie.

C’est ainsi qu’Eros en est venu à représenter l’instinct de la vie. Les personnes animées par des instincts de vie sont souvent heureuses, compatissantes et sociales.

 

Thanatos, lui, est le dieu de la Mort. Fils de Nyx, déesse de la nuit et Erebus, dieu des ténèbres, leur union a donné naissance à un personnage sombre et négatif.

Thanatos était caractérisé par la colère, la violence et l’agression.

Ces caractéristiques sont représentées chez ceux qui sont poussés par les pulsions de mort.
 

Si je te donne les parents de ces deux personnages, c’est pour que tu te rendes compte à quel point les comportements dominants de parents peuvent influencer le caractère de leurs enfants.

Ici, c’est facile, car chaque dieu et déesse de la mythologie représente un caractère. Tu te doutes que c’est bien plus complexe pour nous, qui avons des parents avec de multiples facettes.

 

Eros et Thanatos sont en opposition et représentent donc les oppositions, les conflits et les différentes polarités que l’on peut chacun vivre et ressentir à l’intérieur de soi.

Face à une situation donnée, nous serons amenés à choisir entre la vie et la mort pour prendre une décision.

 

Toutes les décisions basées sur la conservation de la vie représentent notre côté Eros. Elles s’expriment par le biais du plaisir, de la sexualité, de l’amour, de la procréation et du besoin de s’entendre avec les autres.

Les personnes ayant un instinct de vie émettent de l’énergie positive dans le monde et affichent souvent des émotions d’amour, de bonheur et d’affection.

En face de la pulsion de vie se trouve donc la pulsion de mort.

Toutes les décisions prises sous le joug d’une forme de destruction manifestent le côté  Thanatos de notre psyché.

Les pulsions de mort comprennent l’agression, la colère et la violence.

Les pulsions de mort peuvent se manifester par la destruction de soi et/ou des autres, pouvant aller jusqu’à l’homicide ou au suicide.

Une personne qui agit poussée par la pulsion de mort peut se faire du mal, adopter un comportement à risque ou devenir violente avec quelqu’un.


Les pulsions de vie nous poussent à rechercher l’harmonie, l’union et l’équilibre. Ce sont des pulsions d’autoconservation.

 

Quant aux pulsions de mort, elles nous conduisent à la séparation, au clivage, à la dissociation. Elles tendent à la réduction complète des tensions, à ramener l’être à l’état dans lequel il se trouvait avant l’apparition des tensions. Elles servent à ramener le corps à un état anorganique. Ces pulsions sont régressives.

 

Finalement, pulsion de vie et pulsion de mort ne prennent sens que l’une par rapport à l’autre : l’intrication se fait par l’intermédiaire de l’objet, et pour avoir un bon fonctionnement pulsionnel, il faut que la pulsion de vie soit employée à « lier la pulsion de mort ».

Une fois n’est pas coutume, l’une ne va pas sans l’autre.

On est tous amenés, de façon régulière, à exprimer l’une et l’autre de ces deux tendances.

Les deux ont un objectif commun, apaiser les tensions qui nous tiraillent.

Elles sont les vecteurs d’une homéostasie (loi de l’équilibre dans le corps) de cette partie de toi exposée au monde, à l’extérieur et qui cherche donc le moyen le plus favorable et le moins périlleux pour obtenir une satisfaction.

En fonction de ce que nous avons reçu et que nous cultivons au quotidien, on a tendance à faire appel à l’une plutôt qu’à l’autre.

 

Ainsi, par exemple, face à une problématique de surpoids, les personnes qui font appel à Eros se mettront au sport, reprendront leur alimentation en main, se feront aider… alors que celles mises en mouvement par Thanatos glisseront vers des TCA tels que l’anorexie ou la boulimie.

Je trouve intéressant de voir de quelle façon se manifestent ces deux notions au quotidien.

Nous sommes régulièrement soumis à nos propres pulsions et à celles des autres. Et les réponses que nous y opposons sont toujours l’une ou l’autre de ces mêmes notions.

Evidemment, pour que ce soit plus drôle, tout n’est pas forcément fait de façon consciente… certaines réponses à nos tensions se font de manière inconsciente, voire même de façon automatique.

Par exemple, suite à une agression (qui est l’expression d’une pulsion de mort de l’auteur de l’agression) on peut se retrouver avec un corps qui se dégrade, qui s’abîme, qui souffre (et qui est donc lui aussi guidé par des pulsions de mort), on peut mettre en place des comportements autodestructeurs, tels que la consommation de tabac, de drogue, d’alcool, mais aussi l’automutilation ou encore des tentatives de suicide, on peut également refouler cette expérience traumatique, puis de la répéter encore et encore, comme une expérience contemporaine plutôt que de s’en souvenir comme quelque chose appartenant au passé.

Mais on peut aussi se retrouver avec un corps qui se renforce, qui s’endurcit, dont la résistance se développe (et qui est donc guidé par Eros), tout comme on peut également développer des comportements bienveillants et salvateurs comme se faire aider, apprendre le self-défense, prendre soin de soi, etc.

 

Du coup, aujourd’hui je t’invite à observer quelle est la tendance qui se dessine dans ton quotidien.

Une fois encore, sans te juger ou te fustiger lorsque tu observes chez toi une tendance Thanatos.

Je te l’ai dit, certains de ces comportements ne sont pas conscients. Mais maintenant que tu le sais, tu peux amener certaines choses à ton conscient en t’observant, puis en agissant.

Ces deux parties de toi sont importantes et répondent à quelque chose de fondamental pour toi.

Eros et Thanatos sont égaux et de même noblesse. Chacun règne avec d’autres honneurs, chacun avec sa nature.

Mais ils te dominent tour à tour dans les cercles du temps.

 

Ainsi, je te propose de te demander, dans un premier temps, ce qui se manifeste chez toi, de façon générale :

Est-ce que tu vis, ressens et fais preuve de bonheur, de joie, d’amour et de compassion ? Est-ce que tu as une préférence pour les situations sociales, est-ce que tu as cette volonté et capacité de bien t’entendre avec les autres ? Est-ce que tu prends soin de toi et des personnes qui t’entourent ? Toutes ces caractéristiques sont l’expression d’Eros, dieu de l’amour.

Ou bien est-ce que tu te sens en colère, frustré, sombre, avec un penchant pour la négativité ? Est-ce que tu fais preuve d’agressivité, de violence ou d’impulsivité ? Si tu remarques la présence de ces attributs, dans tes comportements, alors tu t’exprimes sous la forme de Thanatos, dieu de la mort.

Quelles énergies, quelles décisions offres-tu au monde ? Ce sont elles qui conditionnent la tendance à travers laquelle tu t’incarnes au quotidien.

Qu’est-ce qui fait aussi ton inspiration au quotidien, de quoi te nourris-tu ? Qu’est-ce que tu ingères et transformes avant de le redonner au monde ?

Observe-toi tant dans ta relation à toi que dans ta relation aux autres. Avec bienveillance, j’insiste.

 

Chaque partie de toi a son importance.

Chaque partie de toi a de la valeur.

Chaque partie de toi appelle l’amour.

 

Eros et Thanatos, ombre et lumière, Yin et Yang… c’est en acceptant la présence et donc la manifestation des deux que l’on est pleinement Soi.

Apprends donc avec patience à reconnaître quand est-ce que tu as tendance à personnifier telle ou telle entité (qui sont toutes deux divines, souviens-t’ en !), à t’ajuster en fonction de ce que tu désires et à t’aimer quoi qu’il arrive.

 

Voilà, je te laisse là pour aujourd’hui.

J’espère que cet épisode t’a plu et te permet d’ouvrir une nouvelle voie vers la reconnexion avec la personne que tu es vraiment.

Si c’est le cas, je t’invite bien sûr à mettre un commentaire, 5 étoiles sur iTunes et à partager cet épisode avec une personne qui pourrait être inspirée par les mots que j’ai partagés avec toi aujourd’hui.

Comme d’habitude, n’hésite pas à ré-écouter cet épisode pour en saisir toutes les notions.

 

Si tu veux voir les notes du podcast, pour rendre l’intégration plus digeste, elles se trouvent sur mariepeyron.com/podcast/p21, puisque nous sommes dans l’épisode 21.

Je t’embrasse, je te souhaite un excellent week-end et je te dis à la revoyure.